Le mercredi 18 Octobre 2017
98 internautes ont signé l'appel Halte aux abus et impostures de Jamendo


Administration

Halte aux abus et impostures de Jamendo


Défendons la musique libre* !



Jamendo fut à partir de 2005 l'un des principaux acteurs du mouvement des musiques libres en France. Ce site internet s’est développé grâce à l'action bénévole d'artistes et de militants de la libre diffusion.
Avec la prise de participation en juillet 2007 du fond d'investissement Mangrove Capital Partners dans le capital de l'entreprise et l’accroissement de la publicité, Jamendo a remercié ses bénévoles, confirmant ainsi sa position de start-up aux pratiques commerciales agressives.

Dernièrement, avec son programme "Jamendo Pro" à destination des commerces et des media, Jamendo est entré en concurrence avec la SACEM et les éditeurs traditionnels en proposant des tarifs plus « compétitifs ». Pour la fête de la musique du 21 juin 2009, Jamendo a ainsi lancé en page d'accueil du site une offre promotionnelle à destination de ses clients, proposant de la « musique d'ambiance » pour « restaurants, bars, commerces », et de la « musique libre de droits » pour « documentaires, films, publicité, web ».

Aujourd’hui, chaque oeuvre présente sur Jamendo, et ce même si elle n'est pas inscrite au répertoire de "Jamendo Pro", est présentée comme étant en vente grâce à un lien d'acquisition de licence commerciale. Dans plusieurs cas, Jamendo a même intégré des oeuvres à son programme "pro" sans vérifier que tous les auteurs soient d'accord.

Jamendo, pourtant acteur historique du "libre", fait donc mine de confondre "musique libre" et "musique libre de droits", et s'arroge le droit de vendre ce qui ne lui appartient pas, sans avoir reçu aucune délégation pour le faire. Ainsi, l'entreprise luxembourgeoise méprise la volonté des artistes et ne respecte pas les licences ouvertes (ou licences de libre diffusion) dont elle a pourtant imposé l'usage sur son site.

Délibérément ou non, une grande partie du catalogue actuel de Jamendo est composée de nombreuses reprises d'albums déjà copyrightés, ainsi que d'œuvres d'auteurs inscrits à la SACEM. En fermant les yeux sur l'inscription de membres de la SACEM, Jamendo met dans l’illégalité les internautes qui téléchargent et partagent de bonne foi leurs œuvres.
Cette dérive, déjà soulignée fin 2006, a provoqué le départ de nombreux acteurs du site.

Ainsi, les pratiques de cette entreprise portent atteinte aux droits de tous les auteurs, compositeurs ou même éditeurs, qu'ils aient choisi la voie de la gestion individuelle de leurs droits (par le biais des licences ouvertes) ou celle de la gestion collective (par le biais de sociétés d'auteurs, telle la SACEM).

Jamendo, avec son positionnement « (ultra) low cost », dévalorise (encore plus) la musique sous copyright et décrédibilise la musique libre en les opposant commercialement.
La "troisième voie" si souvent évoquée par Jamendo se résume à l'exploitation de musiques bon marché (voir gratuites) pour écraser ses concurrents, ce qui n'est pas sans rappeler les pratiques des entreprises qui délocalisent.

Nous demandons, par cette pétition, que Jamendo respecte les droits des auteurs, et cesse de dévoyer l’esprit des licences ouvertes et de nuire aux intérêts des artistes en pratiquant le dumping commercial.


Comité de vigilance contre le détournement mercantile des LICENCES OUVERTES


* et la musique en général

NB : pour de plus amples informations, consultez notre blog. Vous pouvez aussi y laisser vos commentaires.

jamendouille

Modèle de pétition en ligne par L.Alfredo